frequencebanane.ch
frequencebanane.ch

Caprices 2012 c'est fini... Je sais pas vous mais moi je suis épuisée, lessivée, vidée. J'ai l'impression d'avoir tout donné et d'avoir reçu encore plus en retour. Encore un festival fort en émotions.

©Aless Photography

C'est fou cette sensation d'avoir vécu quelque chose de si fort, de si grand et si important que je m'en souviendrai toute ma vie quoi qu'il en soit.

Envie de remercier Emilie, une fois de plus, sans qui rien de tout ça n'aurait été possible. Evidemment qu'il y a plus d'une personne, derrière cette montagne de travail se cache une belle équipe. Une pensée pour Sandra par exemple qui m'a été, elle aussi, d'une aide précieuse durant ces 4 jours de festival.

Quatre jours chargé en émotions, en belles rencontres. Qu'il s'agisse des artistes: mention toute particulière à Akhenaton & Faf Larage et Shaka Ponk. Mais aussi des journalistes avec qui j'ai partagé des tables de travail de longues heures durant, je pense notamment à Thomas du murduson.ch, Alessia de kiwimag.ch dont j'ai déjà beaucoup parlé mais que je tiens à féliciter une fois de plus. Mais aussi les journalistes de l'Auditoire et Tink.ch. Un grand merci à vous tous pour votre bonne humeur à l'espace presse. Après la presse, le staff.. Et quel taf (staff pardon). Un grand merci à vous tous ainsi qu'aux organisateurs, fondateurs et partenaires du festival.

Déjà l'an passé en y allant seulement 2 soirs j'été tombée folle amoureuse de ce festival mais maintenant je pense que ça va devenir très dur de ne pas revenir chaque année.

Pour les concerts je garderai en mémoire le fabuleux Charlie Winston qui nous a permis de commencé ce festival avec des paillettes plein les yeux tellement c'était beau et bien. Mais aussi les grands Akhenaton et Faf Larage qui ont, comme je l'ai déjà dit, tout donné et si peu reçu de la part de leur public. Matt Kay pour avoir électrocuté le Rock the Block le temps d'un set de folie. Les Shaka Ponk pour leur originalité, leur présence sur scène et les vidéos de malade faites à leur concert. Et enfin Caravan Palace pour cette dernière soirée aussi charmante et pétillante que l'ensemble de ce festival.

Un beau projet qui fêtera ses 10 ans déjà l'an prochain et à qui on souhaite de continuer à grandir encore et encore, toujours dans la joie, le partage, la bonne humeur, l'amitié et la passion. Parce que oui, Caprices c'est avant tout une histoire de passionnés ;)

Bookmark and Share

Mon coup de coeur, ma découverte, mon moment émotion de ce festival c'était mon après-midi du samedi entre 16h et 17h30. Et pour ça je dois remercier Shaka Ponk et Alessia ;)

©Kiwimag.ch

Que je vous explique... Samedi 14 avril, dernier jour du festival, dernières interviews, une journée qui s'annonce déjà, à la base, chargée en émotions. Et comment!! Alors que je viens de terminer l'interview de Stuck In The Sound et que je suis au téléphone avec ma meilleure amie à qui je raconte mes péripéties de la semaine, le jeune homme de la réception vient me prévenir que je suis demandée quand à ma prochaine interview. Il est 16h, l'interview est prévue à 17h... Mauvais signe? Annulation? Pas du tout, il s'agit de la jeune Alessia (et oui jeune puisqu'elle n'a que 14 ans) qui est là avec ses parents et une amie.

Elle m'explique qu'elle aussi a une interview de Shaka Ponk prévue à 17h pour kiwimag.ch et, voyant son regard plein de désespoir quand je parle de partager l'interview, je la rassure en lui disant qu'on va regarder ensemble les questions qu'on a préparé et qu'on verra ensuite ce qu'il adviendra de nous. Une bonne demie-heure plus tard Anaelle (de students.ch) nous rejoint.

Les questions d'Alessia sont juste géniales. Rien à redire, rien à ajouter, je range mon carnet presque à l'instant, plus besoin de rien. Il faut dire qu'Alessia est une vraie fan de Shaka Ponk. C'est ça que j'aime aussi dans les interviews c'est le côté découverte qu'il peut y avoir d'un artiste ou d'un groupe, comme la découverte d'une facette de cet artiste ou encore lorsque l'on aime réellement ce qu'ils font on peut se lancer dans des questions hyper précises, originales, intelligentes, bien formulées. Bref un bon cocktail de formes de questions fort sympathique.

17h, le groupe arrive mais a une interview filmée avant la nôtre. Dès leur arrivée à l'hôtel on sent leur présence, ce côté "oui je suis une star, non je n'y peux rien je suis né comme ça". Pas du tout dans le genre ils se croient supérieurs ou quoi que ce soit, ils ont juste ce petit quelque chose qui fait que. Un charisme de fou qui nous laisse bouche bée. On nous propose de faire 5 minutes chacune d'interview avec 1 membre du groupe chacune... Euh.. En fait non merci. Je demande si c'est plutôt possible de faire les 15mn prévues avec les 3 membres du groupe présents (soit, une fois de plus, tout le monde sauf le chanteur) et de partager le tout à 3 puisqu'on a déjà mis nos questions en commun. Le manager trouve ça mieux lui aussi, allez hop dans 5mn c'est à nous. Le papa d'Alessia demande s'il peut filmer le tout en souvenir, le manager accepte a condition que le groupe soit ok également.

Ah oui j'oubliais presque qu'il s'agissait de la première interview d'Alessia. Seul bémol pour elle, c'est moi qui ai dû poser les questions vu qu'Alessia et Anaelle travaillent toutes les deux en presse écrite et que j'étais la seule en radio, j'ai besoin de ma voix.

Ils s'installent, on se présente les uns, les autres, je leur offre des bananes (en bonbons) qu'ils adorent et on attaque l'interview. Pour le contenu je vous laisserai écouter tout ça, jusqu'au bout ça vaut le coup ;). Ils sont 2 sur le canapé, un sur un fauteuil, Alessia et Anaelle leur font face sur un autre canapé et moi sur un fauteuil. Autour de nous: un photographe de kiwimag.ch nous mitraille, le papa d'Alessia nous filme, le bras droit des Shaka Ponk qui filme tous leurs concerts ainsi que leur quotidien en tournée nous filment également, le manager, une assistante presse, la maman et l'amie d'Alessia nous regarde... Bref que d'yeux rivés sur nous. Restons calme et profitons!

Ce que j'en retiens, ils ont été adorables face à 3 médias, tout petit, tout jeune alors merci! Ils se sont confiés à nous autant si ce n'est plus qu'aux autres gros méchants médias du festival, non je plaisante tous les journalistes du Caprices étaient adorables, tout comme les artistes. Mais j'ai particulièrement aimé cette interview pour son contexte, son contenu et tout ce qu'elle a entraîné et entraînera encore par la suite, je l'espère.

PS: Je le rappelle, les questions (à l'exception des rebondissements spontanés et des deux dernières) sont toutes d'Alessia ainsi que la photo ci-dessus. http://kiwimag.ch/

Interview de Shaka Ponk (Taille: 14.33MB)
Bookmark and Share

Caravan Palace a su, sans aucun doute, relever le défi d'enflammer le Chapiteau du Caprices Festival samedi soir. Interview pour Fréquence Banane, au micro de Marion Malique.

albumrock.net

Quel beau dernier concert! Nous sommes arrivés alors qu'ils avaient déjà joué 2-3 morceaux. Impossible donc de s'approcher ou de se faufiler en raison du monde sous le chapiteau. Tant pis on restera au fond...

Et là, à ma grande surprise, il y a de l'ambiance jusqu'au fond. Peu importe où l'on se trouve, tout le monde danse, chante, écoute et profite. Un pur moment de bonheur et de bonne humeur contagieuse. A noter quand même pour réaliser l'ampleur de l'évènement et toute l'émotion qui circulait dans cette salle, que Zoé, la chanteuse a fini le concert en larmes tellement elle était émue de l'accueil fait par le public.

Alors on se laisse aller aux rythmes, entre autres, de la contrebasse de Charles et du violon d'Hugo, 2 des leaders du groupe que j'ai eu la chance de rencontrer le temps d'une interview samedi après-midi. Je vous laisse écouter, ça se passait en backstage du Chapiteau, à quelques heures de leur concert.

PS: Si vous êtes attentifs tout au long de l'interview et que vous l'écoutez aujourd'hui soit lundi 16 avril 2012, un scoop s'y cache ;)

Bookmark and Share

Stuck In The Sound c'est un quatuor parisien révélé en 2004 par les Inrockuptibles. Avec trois albums à leur actif, les Stucks ont commencé par "Nevermind The Living Dead", continué avec "Shoegazing Kids" et terminé (pour le moment) en beauté avec leur 3ème et dernier album "Pursuit".

Interview très détendue à l'hôtel Etrier, le temps d'un café ou d'un chocolat chaud au bord d'un feu de cheminée. Une chouette rencontre avec François, Arno et Emmanuel. Il ne manquait que José, le chanteur du groupe.

Les garçons se confient à Fréquence Banane, nous parlent de leurs fans notamment de celle qui figure sur la pochette du second album. Ils se lancent des vannes entre eux, rient, me font rire. Je parlerai plutôt d'une rencontre que réellement d'une interview. Dans tous les cas on en apprend énormément sur ces trois énergumènes, leurs souvenirs, leurs inspirations, leurs vies de musiciens. Le tout avec les bruits d'ambiance de l'Etrier, qu'il s'agisse du feu qui crépite, de la machine à café, des enfants qui passent par là et plus encore.

http://www.stuckinthesound.com/

Bookmark and Share

Vendredi soir on a fini la soirée en beauté au Rock The Block entre Derrick May et Sety c'est Matt Kay que l'on pouvait apercevoir derrière les platines.

©mattkay.ch

De 22h00 à 23h30 le Rock the Block était une fois de plus "the place to be". Et comment! En 3 soirs de festival je n'avais jamais vu une telle file à la sortie, allant presque jusqu'à la camionnette Parisiennes au fond du Village. Le plus frustrant? Entendre du bon son, juste assez pour avoir envie de bouger dessus mais tout de même pas assez pour se mettre à danser au milieu du Village.

Et là je dis, vive le pass presse et les arguments convaincants du genre "J'ai une interview avec Matt Kay juste après son set je peux rentrer?" :)

On comprend mieux l'attente à l'extérieur quand on voit la foule déjà présente à l'intérieur du Block! Impossible de ne pas aimer ou avoir envie de danser. En même temps jusqu'à l'année passée Matt Kay était le responsable du Rock the Block ainsi que du Modernity. Il s'agit donc d'un public qu'il connait bien et à qui il sait faire plaisir. On saluera d'ailleurs le succès rencontré par Matt en tant que DJ Suisse et on lui souhaite beaucoup de succès et une exportation rapide à l'étranger.

Derrière les platines, il s'éclate et ça se voit! Tout aussi sympathique en interview, il nous raconte ses débuts en tant que DJ, nous parle de la création d'Alexanderplatz, un label de soirées et d'événements en Suisse. Quand à moi, je vous donne rendez-vous le 1er juin au D!Club à Lausanne pour ce qui s'annonce être une grande soirée. En attendant n'hésitez pas à jeter un oeil régulier à ses dates sur son site et à le partager autour de vous. Très bon moment garanti!

http://mattkay.tumblr.com/

Interview de Matt Kay (Taille: 6.11MB)
Bookmark and Share
Les news moins récentes

Marlon Roudette
Son premier album "Matter Fixed" est sorti en septembre 2011. Le nom de l'album rend hommage au groupe qui l'a rendu célèbre. Marlon raconte qu'il aimerait évidemment partir en tournée aux Etats-Unis entre autres mais qu'il veut commencer par tourner un maximum en Europe. Il doit beaucoup au pub... lire la suite...
Yuksek © Fréquence Banane
Si je vous dis Yuksek vous pensez? "Tonight" bien évidemment mais pas que. Puisque Yuksek c'est aussi un nouvel album toujours électro mais aux teintes plus pop "Living On The Edge Of Time" qu'il a écrit, composé, produit lui-même et sur lequel il chante. Sur scène ils sont 3 et l'on ne peu... lire la suite...
© Caprices Festival
Au programme de votre banane préférée ce soir: dès 20h15 rdv au Réservoir pour Stuck In The Sound, on ne bouge pas à la fin du concert puisque c'est Shaka Ponk qui enchaîne et à 23h45 on se déplace au Chapiteau pour Caravan Palace. Après ça on boit à la Barakazik et on se fait servir par... lire la suite...
le trio de choc! haha
C'était hier après-midi à l'hôtel du Parc à Crans Montana que je rencontrais les très grands Akhenaton et Faf Larage le temps d'une interview. Interview retardée (comme souvent) et qui ne devait durer que 10 minutes. De ce côté là, une fois de plus, j'ai eu la chance de les avoir rien que ... lire la suite...
Source: myspace.com/thedoband
Du coup j'ai décidé de vous écrire les questions que je comptais leur poser, parce que j'ai bossé dur dessus et ça serait dommage qu'elles se perdent. Et puis qui sait s'ils passent un jour sur le site de Fréquence Banane ils prendront peut-être quelques minutes pour y répondre. Oui je sais ... lire la suite...
The Toxic Avenger
Simon nous raconte comment il est tombé dans le monde de l'électro mais aussi qu'il n'est pas quelqu'un qui a confiance en lui. C'est ainsi qu'à ses débuts il était connu pour porter un masque symbolisant la mort, en lien donc avec son groupe de hip hop. Mais les années passent, il a sorti son... lire la suite...
Modernity
Réveillée à midi histoire de récupérer un peu tout en continuant à bosser vu qu'hier soir j'ai encore travaillé de 22h30 à 1h30 non-stop j'avais déjà bien avancé. Ce matin le programme c'est de préparer l'interview de The Dø. Une fois la préparation terminée j'ai rendez-vous à 15h15 ... lire la suite...
Lausanne's got DJs
Louca est originaire de Crans, il a débuté aux côtés des plus grands notamment grâce au Caprices Festival. Ayant suivi une formation de son à Paris puis à Londres on a affaire à un jeune DJ qui s'applique. Un peu nerveux quelques heures avant son "Blooming Live" au Caprices il nous raconte ses début... lire la suite...
Gorillaz
Aujourdâhui câest plutôt calme côté interview, il ne mâen reste quâune il sâagit de The Toxic Avenger à 18h45. Mieux vaut peu dâinterview mais bien faites que beaucoup et toutes pareilles. Je dis ça mais demain jâen ai 4 qui mâattendent.. Pression pression. Alors ce soir quâe... lire la suite...
Charlie Winston au Caprices festival
Le sentiment de croiser beaucoup dâhabitués du festival, les gens savent où ils vont, se connaissent tous, savent où aller boire un verre suivant lâheure, où manger et à quel moment se rendre aux concerts pour éviter la queue à lâentrée sans pour autant louper la moitié du concert. Un... lire la suite...

Banane On Stage

Retrouvez, durant toute l'année, les principales actualités des scènes musicales de Suisse romande.

Les dossiers de la rédaction