Los Angeles 2024, ou comment mêler technologie et olympisme

Les délégations olympiques de Paris et de Los Angeles se réunissaient du 9 au 12 juillet derniers à Lausanne, d’abord au Palace puis au SwissTech Convention Center, sur le campus de l’EPFL. Il a d’abord été question des prochains Jeux d’hiver à PyeongChang en 2018 et à Pékin en 2022, puis les comités des villes candidates ont pu présenter leur projet devant les membres du CIO. Enfin, la double attribution des Jeux de 2024 et 2028 a été votée par le comité olympique, sous la direction du président Thomas Bach.

C’est avec le sourire que le maire de Los Angeles Eric Garcetti est sorti de la conférence de présentation. Le démocrate, accompagné de plusieurs athlètes légendaires tels que la championne olympique de hockey-sur-glace Angela Ruggiero ou la sextuple médaillée d’or Alysson Felix, s’est dit confiant dans une réunion qu’il a jugée positive devant les membres du CIO, qui décideront d’ici au mois de septembre si la ville américaine aura l’honneur d’organiser les Jeux Olympiques en 2024 : « Lausanne et Los Angeles, deux noms qui se ressemblent, ça ne peut être que positif pour nous. ‘’LA’’ est prête, car nous avons déjà de nombreuses infrastructures et un amour fou du sport. »

Une double attribution historique
Une chose est sûre, Paris et Los Angeles sont certains d’organiser la manifestation soit en 2024, soit en 2028. Il en est ainsi car la cause majeure de la présence de tout ce monde était la votation concernant la double attribution des Jeux, et qui a été acceptée à l’unanimité par les quelques 83 membres du CIO ayant fait le déplacement au SwissTech, les deux dossiers étant jugés excellents. Une décision qui a ravi tant l’institution que les deux comités représentatifs des deux villes. Anne Hidalgo et Eric Garcetti sont d’ailleurs montés sur l’estrade pour remercier le président Bach en pleine conférence. « C’est excitant pour les deux villes, le vote unanime prouve que c’est une opportunité en or. Rien n’est garanti, maintenant nous devons travailler pour faire de ce rêve une réalité. Je veux remercier les gens de ma ville, tout Los Angeles a cru en les Jeux Olympiques. » explique encore M. Garcetti.
C’est donc une décision où les trois partis sont jugés gagnants, malgré une modification de la charte olympique à effectuer. Reste donc à trouver un accord avant la prochaine réunion à Lima au Pérou, le 13 septembre prochain. Les deux villes espèrent remporter l’attribution de 2024, et sont prêtes à miser gros pour convaincre jury et médias. La présence du Président de la République Emmanuel Macron et tout le côté culturel de Paris a été mis en avant, alors que c’est plutôt la technologie qui a été avancée par les Américains. « Innovant, cool et émouvant sont les trois mots qui caractérisent notre présentation, nous misons sur 2024 et c’est ce pourquoi nous sommes venus ici. Nous avons essayé d’écouter le CIO, on leur a présenté nos innovations et la technologie que nous allons mettre en place pour ces Jeux. La présence de Donald Trump n’est pas nécessaire, car nous savons qu’il est un fan des Jeux Olympiques, et qu’il soutiendra le projet. On a tout revisité pour que ce soit un challenge excitant et convaincant. » nous raconte Angela Ruggiero.
« Nous cherchons à avoir le soutien de la Maison Blanche, des Républicains comme des Démocrates, de tous les américains pour mener à bien ce projet. » ajoute l’ancien sprinteur Michael Johnson.

Angela Ruggiero répond aux journalistes.

Angela Ruggiero répond aux journalistes.

LA 2024, le sommet de la technologie américaine
L’exploitation de la technologie a été le point clé de la présentation de LA2024. Nous avons pu visiter les chambres de présentation des deux villes lors du dernier jour du meeting, et l’allure futuriste du projet de Los Angeles frappait aux yeux. Nous avons pu notamment jouer au tir à l’arc ainsi que visiter le village olympique et les infrastructures grâce à un casque de réalité virtuelle. Une maquette de la ville interactive était située au milieu de la salle, où nous avons pu sélectionner les différents sites pour y visionner des détails.
Casey Wasserman, président du comité de candidature de Los Angeles, nous montre un « podium ascenseur », concept mis en avant par les organisateurs, sur lequel les athlètes médaillés monteraient dans le sous-terrain, pour ressortir devant le public directement sur le podium. Il nous parle également des écrans 360° situés au centre des différents stades.
Le total devrait coûter 5,3 milliards de dollars, mais Eric Garcetti dit que la ville sera bien financée, et que le projet comporte peu de risques pour le CIO ainsi que pour Los Angeles. Tous les détails de la candidature peuvent être consultés sur le site de LA 2024.  « Nous avons cherché à élaborer un projet qui sied à la ville, et non l’inverse. Toutes les constructions que nous allons entreprendre seront faites également pour le bien des citoyens de LA, qui en ont besoin, comme la rénovation de l’aéroport. » explique M. le maire.

La maquette interactive présentée par la délégation américaine.

La maquette interactive présentée par la délégation américaine.

Prochain rendez-vous à Lima
Thomas Bach s’est également dit satisfait de ce résultat. La décision finale sera révélée lors de la prochaine réunion exécutive au Pérou. Le président du CIO n’exclut cependant pas de rendre public les attributions si un accord venait à être trouvé avant. Il a ajouté qu’il espérait personnellement avoir un résultat avant la fin du mois d’août.
La rivalité est grande, même si les deux maires se disent amis et ont confirmé leur volonté de travailler ensemble afin que chacun soit satisfait. Anne Hidalgo et Eric Garcetti partagent en effet de nombreux points politiques, notamment concernant le climat et l’environnement. Rappelons que la maire démocrate s’était engagé à respecter les accords de Paris de la COP21, malgré le retrait des États-Unis par Donald Trump récemment.

© AFP/FABRICE COFFRINI - Le Parisien

Thomas Bach avec les deux maires. © AFP/FABRICE COFFRINI – Le Parisien

La compétition touche donc bientôt à sa fin, et nous saurons bientôt où auront lieu les Jeux durant les 11 prochaines années. Lorsqu’on lui demande si son homologue parisienne est une bonne négociatrice, M. Garcetti répond « oui, mais moi aussi. »
Quant à Donald Trump, il est fort probable qu’il vienne discuter de tout cela avec Emmanuel Macron lors de sa visite à Paris prochainement.
N’hésitez pas à revivre ces quelques jours intenses sur nos différents réseaux sociaux pour avoir plus de détails audio et visuels !