Derrière chaque grande femme se cache une grande femme

Si, en 2016, devoir réserver un événement aux femmes pour qu’elles soient entendues peut paraitre surprenant, le résultat n’en n’est pas moins renversant. A travers des marathons, des récits de vie, de l’art et des engagements militants, les intervenantes de la TEDxLausanneWomen de cette année nous rappellent un diction capital : we all can do it !

Ce jeudi 27 octobre à la tombée de la nuit, l’opéra de Lausanne s’est largement féminisé à l’occasion de la deuxième édition des conférences TEDxLausanneWomen. Si les conférences TEDx sont encore un mystère pour vous, je vous redirige sur cet article où on les a testées pour vous l’année dernière. Ce jeudi, il était donc question de femmes mais pas de rose, de paillettes ou autre clichés éternels. L’heure était aux d’idées, aux projets et, surtout, à l’inspiration. Pour sa deuxième édition, TEDxLausanneWomen affirme qu’il est temps – it’s about time. Mais temps pour quoi ? C’est la question sur toutes les lèvres et à laquelle les intervenantes tenteront de répondre au fil des discours. Dans un monde où nous n’avons aucun pouvoir sur le temps, comment le tourner à notre avantage en essayant, cette fois-ci, de ne pas faire des femmes sa première victime ?

Tout d’abord, il est temps d’arrêter de perdre notre temps. De façon on ne peut plus terre à terre, Fabienne Le Tadic prend la parole en première et nous parle de timing et de business ; on le sait tous, le temps c’est de l’argent. C’est dans un contexte où le changement est nécessaire et où aller vite est la règle que cette businesswoman va proposer des idées révolutionnaires en matière de plan d’affaire. Des réformes d’autant plus révolutionnaires, évidemment, qu’elles sont proposées par une femme.

Pour d’autres, il est temps de changer nos habitudes. Tel est le discours de Melati et Isabel Wijsen, deux jeunes sœurs originaires de Bali, fondatrices du mouvement Bye Bye Plastic Bags. Pourquoi devrions-nous attendre d’être en âge de voter pour faire quelque chose ? Le temps presse ! Un petit rappel que si les femmes peuvent le faire, les enfants eux aussi en sont capables.

Ou peut-être est-il temps de se créer un réseau ?  La réflexion de Lisa Chuma est inspirée de sa propre éducation. Élevée dans un petit village et par des femmes uniquement, elle remarque très vite la valeur du soutien d’une communauté féminine. Si, pour elle, nous sommes toutes originellement fortes, nous le sommes d’autant plus en travaillant ensemble. C’est l’idée même de son projet, la Women’s Expo Switzerland, qui rend hommage au pas moins de 246’000 femmes propriétaires de business en Suisse. Pour aller loin, il nous faut travailler ensemble et se soutenir. Cela rejoint les propos d’Amina Flèche Love, ancienne chanteuse du groupe suisse Kadebostany, qui milite à présent pour que les femmes se battent ensemble et non plus les unes contre les autres. Sa toute nouvelle plateforme Swood permet à la population féminine de se percevoir comme une équipe et non pas des rivales.

Pour Stephanie Case, en revanche, il est temps d’essayer l’impossible. Pourquoi ne pas questionner notre définition de ce qui est fou et infaisable ? Marathon après marathon, course après course, elle nous affirme qu’on ne sait pas ce dont on est capable sans avoir essayé.

Pour finir, sans prétention d’influence sur l’avenir, peut-être est-il simplement temps de regarder en arrière ? Au travers du projet We Are The XX, Kassidy Brown et Allison Rapson amplifient la voix des femmes à travers le monde. Avec comme idée principale que le féminisme c’est la mémoire, elles veillent à ce que plus jamais des femmes ne soient passées sous silence jusqu’à être oubliées dans les livres d’histoire. Les racines de toute oppression se trouvent dans l’oubli ; il est donc temps de se souvenir.

Au final, peut-être était-il simplement temps de présenter les femmes comme des entrepreneuses et non pas des victimes. Peut-être était-il simplement temps de leur donner la parole sur ce qu’elles font et non sur ce qu’elles ont subi. C’est en tout cas l’impression qu’il nous reste en tête après avoir assisté à cette conférence TEDx. Si nous vivons dans un monde en mouvement, les femmes y prennent part plus que jamais et il est important de veiller à ce que cette fois-ci elles soient entendues.