J’ai testé pour vous: les conférences TEDx

TEDx, qu’est-ce que c’est?

TEDx constitue une sorte de « variante suisse » aux conférences TED (« Technology, Entertainment, Design »). Ces dernières sont organisées par une fondation à but non lucratif. Elles diffusent depuis 1984 des « ideas worth spreading » (« idées qui méritent d’être diffusées », s’il reste des non-anglophones parmi nos lecteurs) d’abord en Californie, avant de s’étendre dans le monde deux fois par an sous le nom TED Gobal. Pour les présenter, les conférenciers ont à disposition entre 6 et 18 minutes avec pour consigne de le faire d’une façon divertissante. Les sujets sont multidisciplinaires: science, politique, art, ect. Beaucoup de personnalités ont accepté de se prêter au jeu, citons par exemple le Président des USA Bill Clinton ou Bono du groupe U2. Les mini-conférences sont disponibles sur le site de TED. Les conférences TEDx se sont tenues à plusieurs endroits de Suisse comme le CERN, le CHUV ainsi que l’UNIL.

L’expérience TEDx

J’ai testé pour vous ce qui peut être appelé « l’expérience TED » à l’UNIL. Douze speakers, issus d’horizons différents, sont venus nous parler de la croissance sous différents points de vues. Sylvie Reinhard, co-fondatrice de Swiss Digital Alliance et travaillant également pour le cycle de conférence Lift, a ouvert le cycle: selon elle, l’innovation réside dans l’addition entre le dialogue et la technologie. Elle a ainsi expliqué la raison d’être de ces conférences: pour apprendre, il ne s’agit pas que de s’asseoir et de rester passif face à ces speakers, mais de prendre part à ce lieu d’échanges. Les longues pauses (une heure environ) permettent en effet de faire connaissance. On remarque d’ailleurs à ce propos que le prénom des participants est mis en évidence sur les badges, processus qui facilite certainement le rapprochement entre les participants. Les conférenciers sont très abordables pendant ces breaks, permettant de poser diverses questions et de faire connaissance.

Les mini-conférences ont abordé la croissance sous des angles très variés: son influence sur l’agriculture, le progrès en Afrique, sur les relations entre les personnes. Une des conférences qui a le plus retenu mon attention est celle de Léonore Porchet, présidente du parti des Verts de Lausanne. Centrée sur son expérience personnelle et enrichie de quelques anecdotes, elle abordait le thème des femmes et des jeunes dans la politique. Ce qui en est principalement ressorti est que chacun doit oser se lever pour le changement, chose qui semble très utile de rappeler actuellement.

Le cycle de mini-conférences était divisé en deux parties, chacune entre-coupée par une performance artistique d’inspiration contemporaine destinée à divertir les participants pour maintenir leur attention. A cette même fin, de nombreux participants ont également utilisés des supports audiovisuels ou ont par exemple demandé au public de se lever pour dynamiser leur intervention.

L’expérience TEDx a été globalement très satisfaisante. Il est tout de même à noter que ces conférences sont très critiquées, notamment pour leur élitisme (7’500 dollars sont demandés pour obtenir un abonnement d’une année aux conférences TED et ces conférences se rapprocheraient pour certains d’un « club privé ». Pour en savoir plus, un speaker très familier des conférences s’est penché sur le sujet). J’ai cependant pour ma part appris de nombreuses choses et passé un très bon moment (même si je n’ai que moyennement apprécié les performances, probablement trop « contemporaines » pour moi, question de goût). Si ça vous intéresse, je vous invite donc à faire une petite visite sur le site de TED et je vous garantis que vous apprendrez certainement quelque chose.