Rilès au D!

Jeudi 28 septembre Rilès se produisait au D! Club à Lausanne pour le début de sa tournée “Jungle”. Malgré quelques petits bémols, l’artiste n’a pas déçu ces fans venus le voir ce soir-là. 

On a tous cet ami, ou ce pote de ce pote qui écrit des punchlines à temps perdu, qui rap dans sa chambre et qui rêve secrètement d’être un jour repéré. Rilès lui n’attend pas. Il a lui-même tracé le repère sur YouTube il y a déjà un an. Le jeune artiste sortait une vidéo tous les dimanches et nomma ce projet « RilesSundays ». A la clé, une phrase cachée que je vous laisse découvrir dans sa dernière vidéo.

 

En résumé…

Beaucoup de titres de Rilès traitent de sa propre aventure avec la musique, son projet, ses motivations et son rapport avec le temps (qu’il ne perd plus).

Comme beaucoup de rappeurs, certains de ses titres peuvent sembler prétentieux, presque égocentriques. Étonnement, cette prétention ne s’est pas du tout faite ressentir sur la scène du D! jeudi soir.

Pour la première date de sa tournée Jungle tour, le chanteur a sorti le grand jeu avec sa « bande de potes », vraisemblablement toujours avec lui. Le concert était un véritable show : des courtes chorégraphies faisant vibrer la salle, un bon jeu de lumière (le D! Club ne saurait nous décevoir), un saut dans les bras du public, le compte y était pour pouvoir parler d’une vraie réussite.

 

Quand on rentre sur la piste…

Après une longue attente, Rilès a progressivement fait surface sur la scène.

Lors de son premier titre le playback se fait un peu ressentir, on sent que le chanteur n’est pas encore entièrement présent mentalement. Mais le public le rappelle rapidement à l’ordre. En effet, au bout de quelques courtes minutes, la star s’introduit en français : « je m’appelle Rilès, j’ai 21 ans ». Basique. Après ça,  le concert débute vraiment.

Le public qui s’est déjà enflammé depuis un moment obligerait presque l’artiste à se surpasser.  La salle s’est vue envahir par de très bonnes vibes.

Une fois qu’il s’est remparé de ses esprits, Rilès ne s’arrêtera plus jusqu’à la fin de son concert. Sa voix résonne dans les oreilles de ses admirateurs et admiratrices venu.e.s nombreu.x.se.s  pour assister au phénomène en live.

La communication avec le public était bonne et s’établissait principalement par la musique et l’énergie que cette dernière génère. Pas de grand discours, le jeune homme introduit ses titres et va droit au but.

 

Le petit regret…

C’est sûrement ma nationalité française qui me fera dire les propos suivant, mais je les trouve légitimes. Rilès a grandi à Rennes en France, bien qu’il s’auto-produise et qu’il a tout construit seul, la possibilité de vivre dans un pays aussi culturel et propice à un développement personnel aussi poussé aurait aussi mérité un remerciement et un hommage, comme celui qu’il a écrit et mis en scène pour son pays d’origine l’Algérie.

 

En conclusion…

Rilès est aujourd’hui un des talents français dont on peut être fier. Bien qu’il fasse régner un mystère autour de son histoire, on peut être certain d’une chose, il est un artiste complet (pour reprendre l’idée de celui qui l’a dévoilé au grand public, Seb la Frite) et un très bon chauffeur de salle.

Les Suisses peuvent être fier de l’accueil qui lui a été réservé. On lui souhaite autant de réussite pour la suite de sa tournée in the jungle.

Par Clara Sfeir