Jeunes talents suisses : Sarah-Jane Moloney, 27 ans, comédienne et metteuse en scène

La série de portraits sur les jeunes artistes suisses continue. Faites connaissance avec la comédienne et metteuse en scène suisse-irlandaise Sarah-Jane Moloney qui a accepté de parler de son parcours à Fréquence Banane.
Son rêve n’a jamais été de devenir comédienne. Aujourd’hui pourtant, le théâtre est son métier. Enfant, elle n’a pas joué dans la troupe de théâtre de son école. Ce n’est qu’une fois à l’Université de Lausanne, où elle a fait son Bachelor en Anglais et Tradition classique, qu’elle s’est lancée corps et âme dans l’aventure théâtrale pour la première fois. Tout a commencé en anglais par As You Like It ou The Tempest de Shakespeare, puis en français avec Les Bacchantes d’Euripides. Ces pièces célèbres, elle les a travaillées tant avec des troupes de théâtre estudiantines qu’avec la Sun & Moon Theater Company dirigée par le professeur Roelof Overmeer.

Après avoir terminé son Bachelor à Lausanne, Sarah-Jane Moloney a choisi de quitter le monde académique et d’aller vivre sa passion à Londres. Ce qui fut une grande réussite. Après une première année passée à la Fourth Monkey Theater Company, elle s’est ensuite perfectionnée avec un Master à la Royal Central School of Speech and Drama.

Son Master en poche, il est temps pour elle de faire son entrée dans le monde professionnel. D’origine irlandaise par ses parents et née au bord du Lac Léman, Sarah-Jane Moloney a toujours gardé un pied entre les deux cultures suisse et anglo-saxonne. Parfaitement bilingue, son travail artistique ne se limite d’ailleurs pas à une seule langue. Sa tête est pleine de projets, mais son cœur balance encore entre la Suisse romande et Londres…
Diary of a She-Wolf, 2013

                                                                                   © Aruna Ganesh Ram, 2013

Pour mieux comprendre son parcours et ce que le métier de comédienne implique, écoutez l’interview que Sarah-Jane Moloney a accordée à Fréquence Banane et qui a été diffusée le 15 décembre 2013 lors de l’émission La Mensuelle de la Rédac’.
 

Écrit par Aline Kohler